O et l’univers

Sais-tu, lecteur, qu’il existe encore en France et ailleurs des individus prétendant que l’univers fut créé il y a environ 6000 ans par Dieu ? Sais-tu qu’ils qualifient de mensonge toute preuve indiquant le contraire ? Voilà qui est fort risible. Bien qu’également très inquiétant, du fait de la nature obscurantiste de cette position. Cependant, tu n’es sans doute pas ainsi. Pour toi, très probablement, l’univers est apparu il y a environ 14 milliards d’années avec le Big Bang. Voilà un fait scientifique et fondé songes-tu. J’ai précédemment évoqué, ce que je pensais de l’apparition de ce qui existe selon la religion. Je le reconnais, et ne me leurrais déjà pas au moment de la rédaction de ce précédent article, il s’agissait là d’une simple opinion, sans réelle argumentation. Car on ne peut raisonner sur ce qui sort du champ de la Raison. En revanche, je me propose aujourd’hui d’exposer le passé de ce qui existe en restant dans le champ de la science.

Le Big Bang est dans l’imaginaire collectif l’instant 0, le point O de tout ce qui existe, une explosion d’où sont issues temps, espace et matière. Ce n’est pourtant pas cela. Ce que nous savons réellement, c’est qu’il y a environ 14 milliards d’années, l’univers a connu un instant où il était très dense et très chaud, et même, en théorie, infiniment dense et chaud. Après cet instant, il a connu une expansion extrêmement rapide, et pour simplifier à l’extrême car tel n’est pas mon sujet, la matière a commencer à se former sous la forme que nous connaissons. On a ainsi vu se former de l’hélium, du lithium, et tous les éléments jusqu’au béryllium. L’univers était alors principalement composé d’hydrogène. Enfin des grumeaux de matière ont vu le jour sous l’effet de la gravitation, devenant de plus en plus denses et chauds, formant les étoiles qui, à leur mort formeront les éléments les plus lourds.

Mais revenons donc à l’origine. Définissons cette limite. Pour la plupart, cet instant est la limite car il n’y avait rien avant. Mais ce n’est pas ce qu’énonce la science. Ce que la science nous dit, c’est que cet instant est le premier instant où les lois de la physique telles que nous les connaissons peuvent être appliquées. Ce qu’il faut savoir, c’est que le Big Bang est théorisé par la relativité générale. Cette théorie n’est valable que pour la force gravitationnelle. Or il se trouve que lorsqu’on s’approche de l’instant du Big Bang, cette force n’est plus la seule à agir. Il existe en effet trois autres forces, à savoir la force électromagnétique (celle que nous observons au quotidien, ce qui n’est pas rien), l’interaction forte et l’interaction faible, ces deux dernières ne s’appliquant qu’à des échelles extrêmement petites.

Mais ce n’est pas tout : lorsque l’on s’approche de l’instant du Big Bang, ces forces tendent à ne plus former qu’une seule. Il est en effet prouvé que, lorsque l’on remonte dans le temps, les forces électromagnétique et faible deviennent équivalentes, formant la force électrofaible. Plus tôt encore, cette force électrofaible devient elle-même équivalente à l’interaction forte. En l’état actuel de nos connaissances, seule la force gravitationnelle est pleinement distincte des autres. C’est ainsi que, en remontant dans le temps, la relativité générale devient insuffisante pour décrire les évènements, nous interdisant de comprendre ce qui se passa avant l’instant dénommé « Big Bang ». Il faudrait pour cela parvenir à unifier les mécaniques relativiste et quantique, projet encore en travaux.

Cependant, si la théorie actuelle est insuffisante pour décrire cet univers primordial, cela n’interdit pas de formuler des hypothèse à partir de théories encore en cours d’élaboration (comme par exemple la théorie des supercordes). Ces conjectures nous font nous retrouver, au choix, avec un espace-temps à plus de quatre dimensions (les autres étant repliées sur elles-mêmes), ou bien il serait à toute petite échelle discontinu plutôt que lisse, ou encore il serait théoriquement dérivable ou déductible à partir de quelque chose de plus vaste qui ne serait pas un espace-temps… Notes toutefois que toutes ces possibilités sont extrapolées à partir d’embryons de théories pas encore vérifiées par l’observation et encore en cours d’élaboration, donc il n’agit que d’hypothèses tirées d’à peine plus que des hypothèses…

Toutefois, les chances pour que l’une de ces extrapolations soit juste sont à mon sens non négligeables. Or, il se trouve que quelque soit l’hypothèse choisie, il existe quelque chose avant le Big Bang. Dans un cas, il s’agit d’une « brane » (sorte de « surface » d’univers flottant dans un espace-temps plus vaste) flottant dans un espace-temps à dix dimensions voire plus (« espace » étant ici utilisé à défaut d’autre terme).Dans un autre, on  a un univers en contraction rebondissant sur lui-même lorsque sa densité atteint une valeur indépassable. Peu m’importe la vérité à ce sujet, ce qui compte ici, c’est que le Big Bang n’est pas un « début de tout ». Ce n’est que le début d’une nouvelle phase de l’existence de l’univers. D’où sort cette précédente phase ? Nul n’en a la moindre idée. Ce qui n’est pas plus mal car il faudrait pour cela être fixé sur sa nature exacte. Ce qui compte, c’est la disparition du « Big Bang-Fiat Lux ».

En effet, ce qui est important, c’est que l’existence de quelque chose avant le Big Bang interdit aux religieux de prétendre qu’il s’agit là du Fiat Lux originel de leur dieu. Cela fait une « preuve » de l’existence de celui-ci qui disparaît, du moins temporairement, jusqu’à ce que la science soit en mesure de se poser la question « D’où sort ce pré-Big Bang ? « .Cela rend également plus présente la question du « Pourquoi quelque-chose plutôt que rien ? », à laquelle Dieu semble une réponse toute trouvée. Fausse réponse d’ailleurs. Car, en admettant que celui-ci soit à l’origine de l’univers, cela ne ferait que poser une question plus insoluble encore qui serait « Pourquoi Dieu plutôt que pas de Dieu ? », tellement insoluble qu’elle ne serait qu’un obstacle infranchissable à la pensée, signant en définitive la mort de celle-ci. Certes Dieu peut avoir existé de toute éternité, et créé l’univers. Mais face à cela j’ai une proposition toute simple à faire aux religieux qui veulent à tout prix un Dieu, même au prix des postulats les plus hasardeux : et si nous réduisions le nombre de postulats douteux à un seul en considérant jusqu’à preuve du contraire que c’est l’univers qui a existé de toute éternité ? Rasoir d’Ockham.

Publicités
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Rédige ici ta propre bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :