Accueil > Véritables vagabondages > Nom et nom et nom

Nom et nom et nom

Les noms ? Qu’est-ce qu’un nom ? Un attribut, un délire ? Le nom est-il un moyen de désigner, ou un moyen de classer ? Nommer, mais comment ? Si je n’étais pas Folâtre, serais-je moins que ce que je suis ? Serais-je plus ? Ou serais-je autant ? Et toi, lecteur, si tu n’étais pas ce que tu es, serais-tu quelque chose ? Il convient de distinguer le nom du nommé. Le nom est un attribut relatif au nommeur. Nommer est l’acte du nommeur. Le nommé subit, le nom qu’il a n’est pas de sa liberté. Si le nommé nomme le nommeur, il devient nommeur, et donc le nommeur devient nommé. Et si le nommeur se nomme lui-même, il devient le nommé. Tout en demeurant le nommeur.

Le nom est relatif à celui qui le donne par rapport à celui à qui il est donné. La liberté du nommeur s’additionne à la nulle liberté du nommé. Le nommeur nommé est donc aussi libre que le nommé nommeur ou que le nommeur non-nommé, mais plus que le nommé non-nommeur. A condition qu’il dépasse le statut accordé par son nommeur et ne se laisse pas léser par l’enfermement capteur de sa liberté créé par le nom qui lui est donné par le nommeur. Le sage fou ne se laisse pas nommer, il se nomme lui-même par le nom dont il souhaite se nommer. La captation du nom est nominative, si nul ne la nomme elle reste non-nommée et ainsi libre. Pour ne pas être capturé par le nom, il faut soit ignorer le nom, soit ignorer la nomination.

Chemin faisant, il faut préciser que seule la liberté compte. La libération liée à l’ignorance du nom n’est pas nommée, mais son effet l’est, il s’agit de la liberté. De même que la libération liée à l’ignorement de ce même nom. Le nom n’est que relatif, dans aucun univers il n’est indispensable. Il est pourtant autant capteur qu’émetteur de liberté. Comment feraient les univers pour communiquer sans nom pour nommer ? Le nom est conventionnel, la convention est restriction de liberté. Pourtant, il convient de se laisser porter par cet enfermement pour communiquer, la norme étant de règle dans tout protocole à former, la communication étant protocole.

Le nommeur enferme ainsi le nommé pour pouvoir, avec d’autres nommeurs, être plus libre. Et, sans détruire cette liberté supplémentaire, le nommé peut s’échapper. Le nom est donc un enfermement libertaire.

Publicités
Catégories :Véritables vagabondages Étiquettes : , , ,
  1. Aucun commentaire pour l’instant.
  1. No trackbacks yet.

Rédige ici ta propre bulle

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :